Aujourd’hui, découvrez le témoignage de Pan Meishou, qui mène de front une carrière professionnelle et des études afin de pouvoir un jour réaliser son rêve.

 « Je mène en même temps mes études d’infirmière par correspondance à l’université de médecine du Guangxi et mon travail à l’hôpital psychiatrique du district de Xiangzhou. J’ai été embauchée en août 2017.

Originellement, j’aurais souhaité suivre mon cursus de licence en école, mais les frais d’inscription étant élevés et le temps scolaire ne permettant pas de travailler, les frais de vie à la charge de la famille auraient été trop importants.

J’ai choisi cette spécialité à la demande de mes parents et ai appris à l’apprécier par la suite.

Je vis sur mon lieu de travail. Le confort est simple. C’est une chambre partagée à deux avec un lit en planches de bois. L’hôpital fournit ce logement ainsi que les repas gratuitement.

Je rentre 4 à 5 fois par an dans mon village natal Huangnai. Mes parents y sont paysans. J’ai un petit frère en 1re année de primaire et une petite sœur en 6e année. Les espoirs d’alléger la charge financière familiale reposent sur moi.

Mon travail quotidien consiste à préparer et distribuer les médicaments que les malades reçoivent sur le grand espace vert de l’hôpital en faisant la queue. Cette façon de faire n’est pas le processus classique de l’hôpital où les malades ou leurs familles viennent retirer les médicaments au guichet.

Je gagne aujourd’hui 2 000 RMB par mois et je travaille 8 heures par jour. L’ambiance au travail est bonne. Le travail est agréable. Le seul bémol est le travail en équipe de nuit. Il peut être stressant car on est seul à faire face à des situations parfois critiques.

J’espère que tous ces efforts me permettront un jour d’avoir mon diplôme d’infirmière et ainsi de pouvoir aider ma famille. »